Problèmes d'école

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Problèmes d'école

Message par don camillo le Dim 02 Oct 2011, 08:48

une video édifiante me fait grincer des dents [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Qu'on ne vienne pas nous raconter qu'on manque d'argent pour l'école. Alors messieurs de l'éducation nationale, un peu moins de gratte-papier et plus d'argent dans les classes svp. Evil or Very Mad
avatar
don camillo
Cigaou printanier
Cigaou printanier

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 29/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problèmes d'école

Message par fabrice le Mar 04 Oct 2011, 07:54

J’ai moi aussi trouvé une similitude avec le discours du FN, ce qui ne veut d’ailleurs pas dire que tout est faux. Je suis donc aller vérifier les chiffres à la source (INSEE et ministère du budget). Par exemple ici : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Mais mince, les chiffres sont têtus. La dépense est passé de 28,5M€ en 1980 à 132,1M€ en 2009. En impôts, c’est 2050€ par habitant. Ramené à la dépense par élève en euro constant, on constate un quasi doublement (8000€ par élève) alors qu’en même temps tout le monde s’accorde pour dire que le niveau baisse, les profs en premier. Nos écoles disparaissent des classements internationaux, les découvertes fondamentales se font ailleurs et nos jeunes, au final, peinent à trouver du boulot.

Le seul succès, apparemment, c’est la baisse de l’analphabétisme (9% aujourd'hui). Mais ça c’est fait en même temps qu’un considérable allégement des programmes. Il y a plus de bachelier, c'est sûr, mais ils ont travailler moins dur et ils en savent moins que leurs aînés. Dans les années ’60 à ’80, la France était montré en modèle de système éducatif, aujourd’hui c’est plutôt l’exemple à ne pas suivre. Il faudrait peut-être arrêter de faire les autruches et nier qu’on a un problème.

Par exemple, pourquoi alléger les programmes alors que la somme des connaissances ne cesse d’augmenter et qu’il y a toujours plus à apprendre ? Ou encore, combien de parents se plaignent de la méthode globale ou semi-globale alors que la méthode syllabique a fait ses preuves ? Il ne sert à rien de pointer les enseignants. Les politiques (et ceux qui les élisent .. ?!) sont responsables d’avoir ériger la faiblesse en vertu, le laxisme en méthode de travail, les élites en cibles de la vindicte populaire. Le statut de chercheur en France, mal reconnu, mal payé, n’a certes pas de quoi motiver un enfant à courir après le savoir.

On a la preuve, s’il en était besoin, que l’argent ne résout pas tout, on pourrait doubler la dépense pour chaque élève en 2012 que les jeunes n’en seraient pas mieux éduqués pour autant. D’ailleurs, on ne peut plus, on l’a déjà trop fait et même les chinois hésiteront à nous prêter l’argent pour ça.

Il serait peut-être temps de descendre dans la rue pour demander plus de civisme, moins de corruption et plus de justice au lieu de toujours y aller pour gueuler pour son salaire, sa retraite ou se plaindre que c’est trop dur de travailler. Sinon, faut pas s’étonner que les enfants suivent l’exemple.

Bonne journée à tous,
Fabrice
avatar
fabrice
Cigale Webmestre
Cigale Webmestre

Nombre de messages : 826
Age : 47
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lastfm.fr/user/crabby7

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problèmes d'école

Message par instit le Mar 04 Oct 2011, 10:02

De passage grâce à google sur votre forum, je m'invite dans la discussion car la situation est effectivement celle-là. Elle est même bien pire que ce que laisse entendre la vidéo, qui a en effet une saveur bien politique. Et il y a des études qui le démontrent.

Entre 1923 et 1995, par exemple, une étude montre une augmentation de 130% à 168% du taux d'échecs aux épreuves du CEP (le certif). Cela va même jusqu'à 700% pour ceux que vous nommez les "élites". On a même montré que la plupart des bacheliers échoueraient à la dictée des primaires d'autrefois.

La vérité est même plus grave que ce que montrent ces études. Prenons les mathématiques par exemple : les "difficultés" (calcul d'une circonférence, surface d'un triangle, règle de trois sans parler des volumes...) ont été supprimées des programmes, et par conséquent de l'épreuve. Un exemple parmi une liste désespérément longue, la multiplication par un nombre à 2 chiffres (par exemple 11 x 12) est passé du CE2 à la sixième...

Je vous donne de la lecture : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
instit
Cigaloun timide
Cigaloun timide

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 04/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problèmes d'école

Message par alp le Mar 04 Oct 2011, 17:29

Personnellement, j'ai toujours du mal à me faire une opinion sur les enseignants. Mais là, tout le monde sent bien qu'il y a un problème même si on le dit pas aussi clairement que "instit" ou fabrice. La question est : pourquoi les enseignants continuent t-il à demander plus de moyens ? Faut t-il vraiment plus d'argent pour éduquer nos enfants ? Je ne comprends pas ces grèves ou manifestations pour la retraite, les salaires, les postes... quand des moyens aussi considérables sont là (et on peut s'appuyer sur le passé pour comparer) pour un résultat aussi médiocre. J'avais entendu un jour que certains avaient mis en place un site internet pour noter les enseignants : ça à fait un tollé, et on comprend pourquoi... il avaient très peur de mériter de mauvaises notes Wink
avatar
alp
Cigale chantante
Cigale chantante

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 06/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problèmes d'école

Message par fabrice le Mar 04 Oct 2011, 21:59

@instit: vous êtes le bienvenu sur les forums junassols bien sûr, et merci pour les infos.

@alp je suis pas trop d'accord. D'abord, un des problèmes c'est le respect du "maître". Je crois pas que c'est en laissant les élèves lui coller "des mauvaises notes" que ça va arranger les choses! pirat

Ensuite, l'éducation nationale et le corps enseignant, c'est pas exactement pareil. Optimiser les dépenses administratives, la répartition des moyens, repenser les programmes ou les méthodes ne signifie pas que les enseignants ne sont pas au niveau.

Il y a peut-être des lacunes dans leur préparation, surtout pour affronter certaines classes où ils n'ont pas le droit de se faire respecter (oui, c'est aussi une question de droit au delà du civisme), mais ça ne remet pas en cause leur valeur, ni celle globalement de leur propre formation. Je crois donc qu'on fait fausse route en essayant de se faire une "opinion des enseignants" (même si les grèves énervent... mais s'il y a grève, c'est qu'il y a un problème), c'est plutôt sur le système qu'il faut se pencher, sur la société même qui dans l'éducation comme d'autres domaines, semble malade : on accable plus facilement un enseignant qui donne une claque que l'élève qui lui donne un coup de couteau. Cherchez l'erreur.
avatar
fabrice
Cigale Webmestre
Cigale Webmestre

Nombre de messages : 826
Age : 47
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lastfm.fr/user/crabby7

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problèmes d'école

Message par don camillo le Mer 05 Oct 2011, 04:23

heureux de voir que ça bouge Basketball
avatar
don camillo
Cigaou printanier
Cigaou printanier

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 29/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

RE- RE question d'école

Message par breizhatao le Sam 22 Oct 2011, 22:55

Bonne idée que de s’intéresser à l’école mais j’aurais aimé que ce fût en d’autres circonstances….

Concernant mon métier et ce qui le concerne, je ne supporte pas les à-peu-près. C’est humain, je pense. Je supporte encore moins ceux qui les utilisent en ne sachant pas de quoi il retourne, ne prenant pas le soin d’aller par eux mêmes vérifier (puisque tout est en ligne). Et de verser dans des commentaires pour le moins oiseux. Il ne s’agit pas ici, Donc Camillo, de relever l’argent du tronc, mais de l’avenir de nos enfants, les miens compris.
La vidéo dont il est question est produite par « SOS éducation » et montre notamment une tour Montparnasse qui enfle, s’étire et se… comme la grenouille de La Fontaine. Cette tour « monstrueuse » représente l’expansion sans limite des dits « gratte papier ». Cette vidéo a été fabriquée à l’occasion de la grève des enseignants du 27 septembre.

Prenons des chiffres locaux, que chacun peut vérifier (sur le site du rectorat de Montpellier, mais je préviens : pas en un simple « clic » : il faut fouiller, croiser les données… le simplisme SOS éducation, c’est pas suffisant).
Etant donnée la poussée démographique dans notre région (+ 2 900 élèves dans les collèges et lycées publics entre 2005 et 2010), 8 nouveaux établissements du second degré (collèges ou lycées) ont été créés. Rien d’extravagant, mais rien que de plus normal aussi.
Les grattes papier (moi, j’appelle ces gens du « personnel administratif »), ont subi une coupe sombre de 158 postes entre 2006 et 2009 (et environ - 30 encore depuis cette date). Quant aux profs du secondaire, c’est environ 700 en moins. Je ne parle que de l’académie de Montpellier. Pas un médecin scolaire de plus. Pas une assistante sociale supplémentaire. Moins de pions, de CPE (qu’on appelait jadis les surveillants généraux) et de COpsy (ex-conseiller d’orientation). Seul le nombre d’infirmières a augmenté (pour arriver aujourd’hui à une infirmière pour… 1200 élèves !)
Prenons maintenant le Gard. Les collèges gardois avaient en 2004 le même nombre d’élèves que cette année. Mais en 2004, pour l’enseignement, il y avait 100 profs de plus…

Encore plus local : nos écoles de Junas et d’Aujargues… A Force d’enlever des enseignants, nos deux écoles ne peuvent plus depuis cette rentrée bénéficier des RASED (enseignants spécialisés chargés de prendre en charge, sur temps scolaire, les élèves en difficulté lourde). Dans le Gard, sur 143 personnels de RASED, on en a supprimé 55 depuis 2009. Et ce n’est pas fini. La rentrée prochaine va décapiter complètement ces réseaux.
Pour le Gard, cette année dans nos écoles, ce sont 606 élèves de plus et 3 postes d’instits en moins.
Et nous les profs, on exagèrerait la situation ? On ferait grève pour le fun, pour que la tradition se perpétue, pour… notre pomme ? Mais… Dans quelle tour d’ivoire vivez-vous ?

Trouvez –vous normal que La Poste ait abandonné Junas au profit d’une agence communale entretenue par la municipalité (personnel compris) alors que nous dépassons les 1 000 habitants alors que le bureau des P&T, vers 1880, a ouvert alors que le village comptait moins de 800 habitants ? Trouvez –vous logique que le CCAS de Junas se dote d’un minibus parce que les bus normaux ne desservent pas la commune (pour mémoire, en 1920, il y avait 16 arrêts quotidiens de trains dans notre commune).

Nous parlons bien là de SERVICES PUBLICS, ou je me trompe ?
Le 27 septembre, les enseignants et les autres personnels étaient en grève contre les suppressions de postes (et dans la perspective du budget 2012 en préparation avec une nouvelle charrette de suppressions d’emplois, 5 700 dans les écoles, bien qu’on attende des élèves supplémentaires, + 300 dans le Gard). Tous les médias ont souligné sa réussite, même dans l’enseignement privé, fait extrêmement rare. Donc, que Don Camillo se rassure : comme bien souvent, les enseignants – public et privé - ne se sont pas mis en grève et n’ont pas manifesté pour leur pomme, mais bien pour dénoncer les coupes sombres dans les postes qui font que les classes sont chargées, les RASED n’existent plus, etc… bref pour les ELEVES une fois de plus…

Il faut être sourd, aveugle, ou de mauvaise foi pour affirmer que les grèves des enseignants ne sont qu’affaire de salaire ou de revalorisation… Et il y aurait pourtant de quoi : salaires bloqués jusqu’en 2013 , perte de pouvoir d’achat estimée à 14% depuis 2000…

Mais la mauvaise foi, ou plutôt l’orientation politique masquée, SOS Education connaît : c’est un think tank qui navigue entre l’aile droite de l’UMP et le FN (allez chercher – j’ai bien dit chercher - sur internet pour vous en convaincre…)
Renseignez vous auprès des « anciens » parents d’élèves de Junas, Congénies et Aujargues : la grève de 7 semaines des instits. en 2000, a-t-elle rapporté de l’argent aux grévistes ou a-t-elle permis d’arracher de 2 postes supplémentaires pour notre RPI, sur les 102 gagnés pour notre département ?…

Que ma pomme… et pas les enfants dont j’ai, nous avons la charge ???

La grève fait ch… tout le monde, en premier lieu ceux qui la font car ils perdent du fric.

DonCamillo : je suis prêt à mettre en ligne les liens nécessaires, tous les calculs qui font que je puisse écrire ici ce que je dis… mais je te préviens : il ne suffira pas que tu reçoives un lien pour aller avoir sur ton ordi pour que tu te régales de quelque chose dont tu es d’avance convaincu. Je te propose de TRAVAILLER sur les données officielles (émanant du Ministère de l’Eduction Nationale, du Rectorat…)
Mieux : je suis prêt à le faire en public, diaporama à l’appui (t’inquiète, je m’occupe du matériel), au foyer communal, à la date que tu veux et l’heure que tu choisis (en dehors des heures de classe). Prends donc les contacts nécessaires, tu passes par le forum pour me donner la date.

Car les comparaisons historiques ont bon dos… quand on ne restitue pas le contexte. Moi j’ai passé mon Bac en 1980 et j’ai travaillé, même en lycée, dans des classes à 25. A cette époque (pas si vieille) seulement 35 % des jeunes passaient un Bac… Aujourd’hui, 84 % d’une classe d’âge le tentent, et 63 % l’obtiennent, dans des classes à 35 ou 40… C’est le niveau qui baisse ou ce sont les conditions qui changent ? Serions-nous quelque part contre la réussite d’un plus grand nombre dans le cadre de l’élévation CONTINUE du niveau de formation ? Si tu es dans ce cas, Don Camillo, je retrouve là les siècles d’obscurantisme qui émaillent glorieusement le temps où l’enseignement était confié aux prêtres…

Pour Alp : quand on possède internet, sur ces questions, tout, absolument tout, est en ligne. Mais ça ne tombe pas tout cuit : il faut chercher les informations pour les CONFRONTER.

Sur les questions de l’argent de l’école, ça fait 30 ans qu’on connait – par le bais d’études - l’inégalité de ce que les communes donnent à l’école. Il me semble me souvenir que cette question est l’une des fondatrices de la Communauté des Communes du Pays de Sommières, CCPS). A nouveau, qui, sinon l’Etat, garant de l’équité des services publics sur l’ensemble du territoire, peut édicter des règles et, peut-être, jouer les arbitres dans cette affaire ?
Si l’on compare avec le passé, on se rend compte que la France consacre de moins en moins d’argent à son école (et quand je dis école, ça englobe, école, collège, lycée). La question n’est pas de se laisser impressionner par les milliards investis dans l’éducation, mais d’appréhender la part des richesses produites dans le pays (le fameux PIB)qui, finalement, retournera à la formation des jeunes, futurs salariés.

Or, cette part, en France, ne cesse de baisser, et cela est reconnu par des organismes internationaux comme l’OCDE, qu’on ne peut guère qualifier de gauchiste…. Mais là encore, il faut lire, dépouiller, chercher à comprendre… Le dernier rapport de l’OCDE frôle les 300 pages…. Il est en ligne, si ça vous tente… Il est accablant pour la France, comme le remarquait aussi un récent rapport de la Cour des Comptes. Française, pour le coup (en ligne également).
Mais si ça ne vous tente pas, pas de commentaires intempestifs, hâtifs ou déplacés sur les blogs... Sinon on joue les TF 1, voire les Berlusconi. (allez, je me lâche : il faut dire qu’entre Berlu et Sarko, la marge est plutôt faible…)

Alp, je ne sais pas quel est ton métier. Mais je suggère également de te noter via ce forum, et de faire que ton salaire dépende de cet applaudimètre. Après tout, c’était ça le site se proposant de noter les enseignants en ligne, non ? Les fonctionnaires seraient notés par le public et le privé seulement par les patrons ? C’est un peu simpliste… Réfléchis bien : en vertu de quoi un fonctionnaire aurait-il plus de compte à rendre à l’usager qu’un ouvrier du privé qui fabrique un produit ou vend un service ? Les exemples de déçus du privé (achat d’un produit qui fonctionne mal, signature d’un contrat ou le signataire se sent lésé, etc..) sont au moins aussi nombreux (c’est un euphémisme) que les « réclamations » qui inondent les Services Publics.
La seule question qui compte : pour qu’il soit réellement efficient, que faut-il mettre en œuvre pour un service public ? C’est curieux… J’ai l’impression qu’en ce moment cette même question se pose souvent dans le privé, et que les salariés ont du vague à l’âme aussi…

Don Camillo, nous sommes bien d’accord, ni aux USA, ni en Angleterre pas plus qu’en France (voir, par exemple, vendredi dernier au Théâtre de la Ville à Paris. Y étais-tu ?), l’Eglise se porte BIEN ! AAAMEN !

Christian Cam, directeur de l’école d’Aujargues (RPI Junas Aujargues)

avatar
breizhatao
Cigaloun timide
Cigaloun timide

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 18/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problèmes d'école

Message par don camillo le Lun 24 Oct 2011, 17:45

C'est un peu facile de dire que mes commentaires sont déplacés et digne de TF1, sans montrer qu'ils sont faux.

Moi, je vous répond et vous montre que ce que vous dite n'est pas juste. Par exemple, vous dite que les dépenses d'éducation par rapport au PIB baissent. Regarder le lien donné par fabrice : 6,4% du PIB en 1980 et 6,9% en 2009 avec un quasi doublement de la dépense par élève. Et j'ai été voir les chiffres de l'OCDE, la moyenne et de 5,8%. Donc, en France, nous sommes largement mieux loti que la moyenne.

De toute façon, on se demande bien pourquoi l'éducation des enfants doit coûter plus chère si le pays produits plus ! C'est quoi cet argument ? Alors comptez pas sur moi pour me battre à coups de contre-vérités en public, c'est le boulot des politiques, pas le mien et je reconnais volontiers que je serai pas à la hauteur. C'est pour ça que je m'exprime sur un forum et je ne vois pas ce qui vous autorise me dire de fermer ma bouche..?

Et si on ce trompe, répondez-nous sur les faits plutôt que parler de sarko, et du pouvoir d'achat qui baisse.

Par exemple : pourquoi faut t-il tout ces administratifs derrière chaque prof ? Pourquoi dans le privé un comptable peut faire des centaines de fiches de paye, sortir les bilans d'une entreprise et souvent même de plusieurs et qu'il faudrait des tas d'agents administratifs pour gérer un lycée ou un collège ? Des classes de 16 ou 20, mais oui, j’applaudis. Pourquoi les syndicats n'invitent t-ils pas à être plus efficace dans les bureaux pour mettre plus d'enseignants face aux élèves ?

Et puis je ne suis pas contre la réussite du plus grand nombre, mais franchement, à quoi ça rime de baisser le niveau pour avoir moins d'échec ??? On à qu'à demander combien font 2+2 à tous et on aura 100% de réussite, la belle affaire. En attendant, le bac est un papier de plus qui ne sert strictement à rien, si ce n'est à envoyer des jeunes qui seraient bien mieux dans des filières professionnelles à apprendre un métier. Et hop des étudiants démotivés à la fac, et hop, encore des chaumeurs, et hop des gens malheureux qui serait peut-être plus heureux avec un métier de couvreur, mécanicien ou plombier plutôt qu'avec un bac à la con. C'est les même, peut-être, qu'on retrouve si efficaces dans les bureaux de l'éducation nationale ?

Pour finir, pourquoi le service public ne serait pas évalué par le "consommateur" ? Contrairement à ce que vous dite, encore une fois, tout ce qui est produit dans le secteur privé est évalué et noté : tests divers, magazines et associations de consommateurs, site web... Chaque produit répond à des normes, l'état veille (en principe). Les employés eux-mêmes, s'ils sont mal notés gagnent moins. Et lorsqu'une entreprise sort un mauvais produit, elle est en danger et souvent doit licencier. Si vous n'êtes pas content de votre voiture ou de votre téléphone, vous changez de marque. On vous rembourse même dans certains cas. Dans le public, c'est le contraire : le service est pas bon ? Mais c'est parce qu'il nous faux plus de personne pour faire le travail pardi !

Non, désolé, il me faudra d'autres d'arguments pour changer d'avis, et il me faudra des vérités à l'épreuve du bon sens.
avatar
don camillo
Cigaou printanier
Cigaou printanier

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 29/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problèmes d'école

Message par fabrice le Mar 25 Oct 2011, 08:41

Ne nous fâchons pas ! En fait, vous êtes au moins d'accord sur une choses : il y a un problème dans l'enseignement,

D'autres services publiques souffrent : transport en commun, hôpitaux, justice, sans parler en effet de La Poste qui est en plus dans un contexte particulier vu qu'elle se fait privatiser et qu'une grosse partie du courrier est maintenant numérique. Pourquoi ?

Peut-être faut-il commencer par se demander si cette baisse de qualité qu'on retrouve dans l'ensemble des services publics ne se retrouve pas aussi dans le privé. Puisque c'est bien ça au final dont tout le monde se plaint : les enseignants de la baisse de qualité de leur condition d'exercice, les parents de l’insuffisance de classes et d'enseignants, et ceux qui regarde le niveau général mesurent une baisse tant par rapport au niveau des décennies passées que par comparaison avec les autres pays.

Personnellement, je pense que oui. Christian tu parlais des problèmes de qualité (et des plaintes...) dans le privé et je suis bien d'accord. C'est vrai pour les jouets des enfants qui résistent souvent pas à la première semaine comme de l'ouvre boite dont le métal casse dès qu'il mord la première conserve, comme la qualité de notre alimentation ou des maisons qu'on fabrique. Avant, "ça durait" on achetait souvent "pour la vie", pour la famille sur des générations même. Et c'est pour tout pareil, chacun sait à quel point il est difficile de trouver un artisan qui fait un travail soigné aujourd'hui. Alors pourquoi le service public serait préservé ?

L'embêtant, c'est que l'éducation est la base de tout pour améliorer les choses : elle prépare la société de demain. Il est donc vital que ça se passe bien au moins dans l'éducation pour pouvoir améliorer le reste. Un raisonnement simpliste, mais qui attend d'être contredit, c'est qu'à l'identique on a aujourd'hui la société que l'enseignement dispensé dans les années '70 à '90, en gros, a préparé.

Et si c'est moins bon aujourd'hui, il faut se demander si on a changer quelque chose dans l'éducation et si oui, il semblerait judicieux de le remettre en cause au vu des résultats. C'est raisonnable, mais ça prend au moins une génération pour voir le résultat. Et voir aussi ce qui n'a pas changé, pour éviter de trop parler de ce qui n'est pas en cause.

Je suis pas un spécialiste, mais j'arrive à lire des chiffres et il semble bien que la question de l'argent investi soit à ranger dans la catégorie de ce qui n'a pas changé et si ça à changé, ce serait plutôt en mieux. Donc oublions. Après il y a la répartition entre le nombre d'enseignants face aux élèves et les administratifs dont parle dont camillo. Là je dois dire que je manque d'info. Avez-vous des liens à me donner ? Christian, moi je veux bien tes liens et je trouve l'idée d'un débat public plutôt intéressante d'ailleurs Wink

Quel sont les autres leviers : La méthode d'apprentissage ? Les programmes ? L'évaluation des élèves ? L'orientation des élèves ? Et surtout, sur quelles Valeurs construit t-on tout ça? Et ça oui, ça a changé, vraiment.

Je me pose la question : la qualité et l'excellence - tant humaine que professionnelle - tare ou vertu ?

Apparemment, pour être cool à l'école il vaux mieux être débraillé et parler mal la langue que propre sur soit avec un français châtié, si on veux pas se faire taper dessus en tout cas... Pour "les grands", il vaux mieux être adepte du système D et pépère au boulot que riche et grand patron pour être sympathique ou ne pas se faire tirer dessus à boulets rouge (bon, c'est vrai qu'il y en a qui le mérite bien Laughing ), ou encore être chercheur après une demi-vie d'étude et payé moins qu'un conducteur SNCF.

Remettons donc de l'ordre dans les valeurs, en commençant par le civisme (dont on le voit bien sur ce forum, le manque en fait râler plus d'un), le respect de la connaissance (et donc de celui qui la donne), et aussi n'en déplaise à certain, la récompense associé à l'effort, qui apporte le plaisir d'aller de l'avant et de progresser.

Les valeurs, il y a plus que l'école pour les réapprendre quand une ou deux générations de parents les ont oubliées. Il y a des instituteurs et des profs (qui est mieux placé pour s'en rendre compte ?), qui essayent mais il faudrait que ça soit coordonné au niveau national. Je rêve d'une manifestation des enseignants - si si - qui descendrait dans la rue pour qu'on les laisse faire ça, une grande réforme (c'est un gros mot ?) de l'éducation. Il y aurait pas mal de parents et de grand parents pour les soutenir je pense. Mais encore faut-il que la majorité des enseignants en soit convaincu et qu'ils se mettent d'accord, et là, on est pas sorti de l'auberge...
avatar
fabrice
Cigale Webmestre
Cigale Webmestre

Nombre de messages : 826
Age : 47
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lastfm.fr/user/crabby7

Revenir en haut Aller en bas

RE encore sur les problèmes d'école

Message par breizhatao le Sam 05 Nov 2011, 14:56

Bon, puisqu’il n’y aura pas de débat public et qu’à un Don Camillo il faut un Peppone, voici quelques liens qui, je l’espère, pourront permettre aux amateurs du forum de comprendre et d’y voir clair.

Je persiste et je signe. Prenons d’abord les comparaisons internationales grâce au rapport de l’OCDE que je citais récemment. Il est téléchargeable ici :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Ce rapport indique d’abord que le niveau monte : de plus en plus de diplômés en France (P 36). Désolé, Don Camillo, mais pour déclamer que c’est de la poudre au yeux (plus de diplômés mais avec des diplômes dévalorisés), faudra, à moi aussi me donner des preuves convaincantes…

Pourtant, l’investissement dans l’éducation est très moyen chez nous : La France se situe sous la moyenne dans le primaire, juste à la moyenne pour le collège, au dessus pour le lycée et l’université (p 225) mais pour cette dernière, si l’on rapporte à la durée moyenne des études (4 ans en France) la France dépense par étudiant moins que la moyenne (p 228). Par rapport au PIB, c’est vrai également (voir dernier § p 242) et, toutes dépenses confondues, la France consacre moins que la moyenne de l’OCDE à l’enseignement supérieur (p 292). Les faits sont têtus…

Si l’on examine maintenant l’évolution des dépenses d’éducation 2000-2008, la France est bonne dernière pour le primaire et le secondaire et pas folichonne pour le supérieur (P 231), et par rapport au PIB, une baisse 2000-2008 – si si, Mon cher curé !- est visible p 240 (2ème recul le plus important des pays de l’OCDE, rien que çà), et on peut voir également que l’évolution des dépenses n’est pas conforme à l’accroissement du PIB en France (1e § p 244). Le tableau de la p 246 montre que, tous niveaux confondus, la France consacrait 6,6 % de son PIB en 95, 6,4 en 2000 et 6 en 2008.

Les dépenses publiques totales envers l’éducation sont également en régression depuis 1995 (graph p 266) et la part des dépenses publiques consacrées à l’éducation dans l’ensemble des dépenses publiques a baissé depuis 2000 (p 272).
Ceci est confirmé par la Cour de compte (voir par exemple la p 10 de la synthèse du rapport 2010 de cet organisme : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

On notera aussi que le niveau des bourses allouées aux étudiants est, en France, l’un des plus faibles des pays de l’OCDE (p 282), ce qui implique que nombre d’étudiants soient contraints d’avoir une activité salariée qui impacte leurs résultats ( c’est un autre débat, mais l’INSEE y a aussi consacré plusieurs études…)

Les dépenses baissent mais le nombre d’élèves et d’étudiants est, en 2010, supérieur à celui de 1980… J’utilise ici le fameux RERS (Repères et Références Statistiques, publication annuelle du Ministère de l’Education Nationale, dont la version numérique et consultable en ligne existe depuis 2001). Je dis « fameux » car la vidéo polémique de tes amis, Don Camillo, dit s’appuyer dessus. Fort bien, allons voir de près :

Donc le nombre d’élèves et d’étudiants est plus important qu’en 1980, c’est ici :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] voir le graphique 1.2

L’une des conséquences de la baisse du nombre de profs est donc que l’on scolarise de moins en moins en maternelle (même adresse, graphique 3.4, cliquer sur l’onglet T 3), dont nos dirigeants et Ministres vantent pourtant le succès, tout en la sabordant…

Je reviens au rapport de l’OCDE. P 326, on peut voir que, de même, pour des élèves plus âgés, la part des 15/19 ans scolarisés a baissé de 5 % depuis 1995, ce qui n’est pas un signe de bonne santé du système français… Il est vrai qu’on peut hurler à la mort sur la sortie du système éducatif sans diplôme mais on récolte ce qu’on sème : moins de maternelle c’est raccourcir par le bas la durée de scolarité. Puis la scolarité se fait dans des classes plus chargées (ça on peut le voir aussi dans le RERS) et on s’étonne ensuite de l’échec des plus fragiles… J’ai déjà parlé des RASED la dernière fois.

Le nombre d’élèves par classe a une importance fondamentale, n’en déplaise à notre ministre qui en rit. Mais quand il s’agit des filières d’élite, on ne rit plus : l’internat d’excellence de Montpellier, ouvert en grande pompes à la rentrée 2010, a droit, lui, à des classes à 15 avec un enseignant et un auxiliaire de vie en permanence... Curieux non ?

Le pouvoir d’achat, j’en reparle au passage, grâce aussi au rapport de l’OCDE : Les enseignants du primaire et du collège sont moins bien payés que la moyenne OCDE, ceux du lycée très légèrement au dessus (pages 304 et 308/309). Ca n’apporte rien au débat, mais ça fait du bien de rappeler que les enseignants français ne sont pas des nantis…

Venons –en au personnel administratif. Aaahhh, ce personnel qui enfle ! SOS-FN-Education, dans sa vidéo, montre une tour Montparnasse qui grandit sans cesse… Ces braves gens sont forts en image de synthèse, un peu moins en lecture. Ils disent avoir consulté les RERS. Et bien allons y :

Dans le RERS 2008, par exemple :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
cliquer sur « Personnel administratif, technique, d'éducation, d'encadrement,d'orientation, de surveillance et d'assistance éducative » et constater qu’il y a 3 ans, il y avait 112 612 postes d‘administratifs.

Dans le RERS 2011 accessible ici : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (ouvrir graphique 9,16) ces mêmes personnels ne sont plus que 101 455, soit en gros 11 000 de moins…

Dans le RERS 2001, on découvre qu’ils étaient 138 268 à cette date. La baisse en 11 ans est donc de 37 000.

Et voilà la tour Montparnasse qui s’écroule. Point barre. Moi, une vidéo de ce type, j’appelle ça de la manipulation, mais on peut toujours y croire. Comme en Dieu…

Sarko, désolé, j'en reparle aussi : le soir de notre grève du 27 septembre il a dit en substance que lui, ils s'occupait des vrais salariés, qui prennent des risques et qui ne sont pas protégés par un statut... La fameuse "France qui se lève tôt", pas comme ces feignasses de fonctionnaires... Une tentative spécieuse de metrre dos à dos salariés du privé et du public... Tu ne fais pas autrement, Don Camillo, tout comme la vidéo de SOS-FN-Education, en tentant d'opposer profs et personnels administratifs... C'est navrant. Et pour Sarko, indigne d'un chef d'Etat...

Don Camillo, si les fonctionnaires n’ont probablement pas inventé la poudre, ils n’ont pas non plus oublié d’être un tant soit peu efficaces. Il y a en France 7800 collèges et lycées publics pour 4 214 000 élèves. Pour ce (petit) ensemble, il n’existe que 2 750 agents comptables, soit un comptable pour près de 3 établissements. (C’est vérifiable auprès de la Cour des Comptes, 2011 : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour finir, LA question : à quoi sert d’investir dans l’éducation ? Tout simplement parce qu’elle reste incontestablement le meilleur vecteur d’insertion dans le monde du travail, quoi qu’en disent certains (les diplômes, ça sert à rien, s’pas Don Camillo)…
Pour s’en convaincre, simplement cette étude MEN/ INSEE sur le site de l’INSEE : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (Cliquer sur le graphique T 13, puis classeur G1, comparer les graphiques 1 et 4, c’est édifiant). L’échantillon est de 74 000 jeunes, ce qui n’est pas rien. C’est une étude régulièrement reconduite et qui présente toujours les mêmes résultats…

Un pays qui comme le nôtre, rechigne à investir dans l'éducation tourne le dos à son avenir. A l'occasion, dans le rapport de l'OCDE, voir un peu ce que font Japon, Etats Unis, etc... Il est significatif de voir que les pays phares dans l'industrie et les innovations sont ceux qui investissent le plus dans l'éducation (et ce n'est d'ailleurs pas forcément que de l'argent public).

Voilà, c’était juste quelques vérités à rétablir. Je ne sais pas si elles sont à l’épreuve du bon sens ou plus exactement, j’ai l’impression que le bon sens n’est pas forcément dans ta chapelle, Don Camillo. Alors tu penses : me faire noter par toi…

Christian Cam, directeur de l’école d’Aujargues

avatar
breizhatao
Cigaloun timide
Cigaloun timide

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 18/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problèmes d'école

Message par fabrice le Mar 08 Nov 2011, 19:58

Merci, Christian. De la lecture en perspective pour un prochain week-end pluvieux Wink
avatar
fabrice
Cigale Webmestre
Cigale Webmestre

Nombre de messages : 826
Age : 47
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lastfm.fr/user/crabby7

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problèmes d'école

Message par Damery le Mar 08 Nov 2011, 20:25

Et il y en aura d'autres Smile

juste pour montrer que je suis ... Suspect
avatar
Damery
Cigale de l'ordre
Cigale de l'ordre

Nombre de messages : 471
Age : 55
Date d'inscription : 19/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://vtt30.blog4ever.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problèmes d'école

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum